autmeg5.jpg (32042 octets)

      Lucien Goupa-Bocha est né en 1952 à Fontenay sous Bois, dans le Val de Marne. Il rentre en 1972 à la CGAM (Compagnie Générale des Assurances Modernes) en tant qu’employé de bureau 1er échelon. Déjà à cette époque, il occupe ses loisirs à dessiner de petits personnages. Mais ses piètres talents de dessinateur, combinés à des qualités de scénaristes pour ainsi dire inexistantes font que les portes des grands illustrés lui restent obstinément fermées.

1978 voit cependant apparaître une lueur d’espoir, puisque on lui confie au sein du journal interne de CGAM, la rubrique « Humour ». Il en profite pour lancer Megablairo, dont la première aventure verra le jour dans le numéro 42 daté du mois d’octobre. Hélas, l’expérience tourne court, et il est remercié dès le numéro suivant, suite à des plaintes du personnel qui se sentait offensé par –dixit un courrier de l’époque – « tant de bêtise crasse et de laideur ».

De désespoir, il brûle l’intégralité des planches de Megablairo, et jure de ne plus retoucher à ses pinceaux. Mais la passion est la plus forte et il se remet à l’ouvrage dès 1992. Par dérision, il qualifiera lui-même sa BD de "plus nulle du monde entier".

Toutefois le temps de la soif de reconnaissance est bel est bien fini : il se plaît à mettre en scène son héros préféré pour son propre plaisir, ce qui semble largement lui suffire .

Et c’est d’ailleurs après moult tractations et avec une extrême réticence qu’il a bien voulu confier à l’auteur de ce site les planches de Megablairo afin qu’il les publie sur le Web.

  Lucien Goupa-Bocha, une fois qu’on le connaît un peu, se montre un être doux et plutôt agréable. Mais il faut bien avouer que les premiers contacts ne furent pas des plus faciles. (C’est mon grand-oncle qui m’en a parlé pour la première fois. Le personnage et son œuvre, ou tout du moins ce qu’il m m’en disait, m’ont immédiatement fasciné. Voyant mon intérêt, il m’a proposé de le rencontrer. J’acceptai avec joie, mais il me mit tout de suite en garde : Goupa-Bocha n’était pas le genre d’animal à se laisser aussi facilement apprivoiser.

Aussi c’est armé de deux solides éclairs au café que je me rendais à Fontenay Sous Bois. Le premier contact fut effectivement assez froid, mais l’évocation de mon grand-oncle et surtout la promesse de deux pâtisseries caféinées suffirent fort heureusement à ébaucher un semblant de communication.

De long mois plus tard, je lui proposais l’idée qui germait dans ma tête pour ainsi dire depuis le début : consacrer un site entier à Megablairo ! Il me demanda quelques jours de réflexion. C’était un dimanche. Le mardi d’après, n’y tenant plus, je lui téléphonais. Au bout de quelques secondes de silence insoutenable, il finit par me répondre, de sa voix si caractéristique : « Bon, d’accord… » Je n’obtiendrais pas plus d’enthousiasme de sa part, mais je savais que j’avais le feu vert. Aussitôt je me mis à l’ouvrage. Le résultat vous l’avez, si j’ose dire, entre les mains.

  Ne possédant pas d’ordinateur (et ne le désirant pas) il n’est donc pas en mesure de participer au forum. Cependant je lui montre régulièrement les contributions ainsi que l’avancée du site. Cela l’amuse et je crois que, bien qu’il s’en défende, cela le flatte aussi un peu.

retour aux BD